FANDOM



ATTENTION: Cet article utilise du contenu de la page Altair Ibn-La'Ahad, article appartenant au Wiki Assassin's Creed sur Wikia et étant sous licence Creative Commons Attribution-Share Alike License


"Dans mon jeune âge, j'étais assez naïf pour croire que notre Ordre mettrait enfin un terme à tous ces conflits. Si seulement j'avais eu l'humilité de comprendre que j'en avais assez vu pour une vie. Que j'avais fait ma part. Pourtant il n'est de combat plus glorieux que celui pour la vérité."
―Altaïr Ibn-La'Ahad à son fils, Darim[src]
Altair.jpg

Altair Ibn-La'Ahad

Altaïr Ibn-La'Ahad (en arabe: الطائر ابن لا أحد) était un Assassin syrien qui prit la tête de la Confrérie lors de la Troisième Croisade, en 1191. L’importance historique d’Altaïr découle non seulement du rôle crucial qu’il joua dans la guerre entre les Assassins et les Templiers, mais aussi de son appartenance à une longue lignée d’Assassins. C'est un ancêtre de Desmond Miles[1].


SommaireModifier

[masquer] *1 Histoire

HistoireModifier

JeunesseModifier

[1]Ajoutée par LinkpogoNé au sein de la Confrérie, d’un père musulman et d’une mère chrétienne, Altaïr grandit dans la communauté des Assassins de Masyaf. Sa mère mourut en lui donnant la vie et Altaïr passa son enfance à s’entraîner sous les ordres d’Al Mualim, dont l’influence fut encore plus déterminante que celle de son propre père[2]. Lors du premier siège de Masyaf en 1176, Ahmad Sofian fut capturé par les Sarrasins. Cet Assassin était le père d’Abbas, alors le meilleur ami d’Altaïr. Ahmad fut contraint de révéler le nom de l’Assassin qui s’était glissé dans la tente de Saladin. Il s’agissait d’Umar, le père d’Altaïr. L’exécution d’Ahmad allait avoir lieu, mais au dernier moment, Umar s’interposa et sacrifia sa vie pour le sauver. Rongé par les remords, Ahmad se rendit chez Altaïr et se suicida devant le jeune garçon, alors à peine âgé de onze ans. Mais lorsqu’Altaïr raconta cette histoire aux Assassins, Abbas se persuada que celui-ci répandait des mensonges autour de son père, et depuis ce jour, lui voua une haine féroce[3].
[2]Altaïr face au chef des CroisésAjoutée par LinkpogoAltaïr avait acquis un don unique de son père, la Vision d'aigle. Cette capacité accentuait ses intuitions, aiguisait ses talents de combattant et lui fit gravir les échelons de l’Ordre à une vitesse fulgurante, si bien qu’il atteignit le rang de Maître Assassin dès l’âge de vingt-trois ans, après avoir sauvé son Mentor et Masyaf d’une attaque de croisés en 1189[4]. Ses compétences faisaient certes de lui le plus redoutable et le plus efficace des Assassins, mais elles attisaient aussi son arrogance, qui se révéla sa plus grande faiblesse.


Le trésor des TempliersModifier

[3]Ajoutée par LinkpogoEn 1191, Altaïr se vit confier une mission cruciale : récupérer une relique de grande valeur qu’Al Mualim surnommait le trésor des Templiers. Altaïr se rendit à Jérusalem en compagnie des frères Al-Sayf, Malik et Kadar. Les trois Assassins découvrirent rapidement l’emplacement du trésor, sous le Temple de Salomon, mais c’est à ce moment que l’arrogance et l’imprudence d’Altaïr prirent le dessus sur les principes du Credo. Le jeune Assassin viola les règles de conduite de son Ordre en choisissant de s’attaquer imprudemment à Robert de Sablé, le Grand Maître des Templiers, malgré les avertissements de son camarade Malik. Robert de Sablé prit facilement le dessus sur Altaïr et le força à abandonner ses frères et à rentrer à Masyaf les mains vides. Son erreur sembla encore plus grave lorsque Malik, grièvement blessé, rentra à Masyaf et annonça qu’il avait réussi à récupérer la relique malgré l’échec d’Altaïr. Alors que l’exploit de Malik lui avait coûté un bras et son frère, les transgressions d’Altaïr avaient entrainé le siège de Masyaf par les Templiers. L’assaut fut un échec grâce aux efforts du jeune Assassin, mais cela n’empêcha pas Al Mualim de le réprimander devant toute la communauté et de l’accuser d’avoir trahi le Credo. Puis de lui enfoncer sa dague dans l’abdomen.

Lorsqu’il se réveilla, Altaïr comprit qu’Al Mualim avait mis en scène sa mort afin de symboliser le début de sa rédemption. Altaïr fut dépouillé de tout son équipement et rétrogradé au rang de novice, mais Al Mualim lui offrit malgré tout l’occasion de retrouver son honneur et sa dignité. Pour regagner l’estime de son chef, Altaïr allait devoir assassiner neuf personnes qui jouaient un rôle de premier ordre dans la croisade qui dévastait la région. Promouvoir la paix en Orient en éliminant ces ferments du chaos et coopérer respectueusement avec ses frères Assassins permettrait à Altaïr de trouver en lui la paix et l’humilité qui lui faisaient défaut[1].


Les neuf ciblesModifier

Altaïr saisit l’occasion de se racheter et se mit à traquer ses cibles, d’abord à Damas, puis à Acre et à Jérusalem. Une fois sur le terrain, il fut contraint de collaborer avec d’autres Assassins, ce qui se révéla particulièrement déplaisant à Jérusalem, où Malik Al-Sayf avait été réaffecté à la tête du bureau local. Leur relation, auparavant empreinte de respect, était maintenant alimenté par la haine non dissimulée que Malik nourrissait à l’égard d’Altaïr. L’animosité du Rafik et le mécontentement d’Al Mualim n’empêchèrent pas Altaïr de poursuivre sa mission, mais l’Assassin se rendit compte rapidement qu’une partie de la vérité lui échappait.
Au fur et à mesure qu’il éliminait ses cibles, Altaïr découvrit que ses victimes n’étaient en rien des criminels ou des despotes sanguinaires. Au contraire, ces individus semblaient œuvrer ensemble pour concrétiser une vision du monde étrangement pacifique. Altaïr finit par exiger qu’Al Mualim lui dise la vérité. Ce dernier lui révéla alors que ses cibles étaient tous des Templiers qui collaboraient avec Robert de Sablé afin de façonner un nouveau monde. Il lui expliqua aussi que le trésor récupéré dans le Temple de Salomon, la Pomme, était l’un des nombreux Fragments d'Eden, d’anciennes reliques qui permettaient à leurs détenteurs d’influencer les autres esprits. Selon Al Mualim, la Pomme était la clé du plan des Templiers, l’élément qui leur permettrait de contrôler l’Orient et d’étendre leur domination à d’autres territoires. Al Mualim avait voulu la récupérer pour les empêcher d’accomplir leurs terribles desseins. Ces révélations permirent à Altaïr de voir sa mission d’un autre œil. Il regretta ses actes passés et un véritable dévouement pour la cause des Assassins s’éveilla en lui. Le jeune Assassin insouciant guidé par ses ambitions personnelles prenait progressivement conscience de ses responsabilités au sein de l’Ordre et envers les peuples de l’Orient.

Une fois les huit premières cibles éliminées, Altaïr se lança à la recherche de Robert de Sablé, le Grand Maître de l’Ordre des Chevaliers du Temple. Il le traqua jusqu’à Jérusalem après avoir entendu que le Templier assisterait aux funérailles de l’une des victimes de l’Assassin, Majd Addin, l’ancien régent autoproclamé de la ville. Mais ces funérailles étaient en réalité un piège que de Sablé avait tendu à Altaïr pour le forcer à sortir de l’ombre. L’Assassin tomba dedans. Altaïr sortit néanmoins victorieux du combat et neutralisa Robert de Sablé, mais il fut surpris de découvrir que l’intendante personnelle du Grand Maître, Maria Thorpe, s’était faite passer pour lui. Elle révéla à Altaïr que de Sablé cherchait à unir Sarrasins et Croisés contre les Assassins en utilisant les meurtres perpétrés par Altaïr pour leur prouver qu’ils avaient un ennemi en commun. Altaïr épargna Maria et informa Malik de ce qui était en train de se tramer avant de l’encourager à approfondir l’enquête. Puis le jeune Assassin se lança à la poursuite de Robert de Sablé.


La bataille d’ArsufModifier

Altaïr gagna le champ de bataille d’Arsuf, où les Sarrasins affrontaient les armées chrétiennes. L’Assassin se fraya un passage entre les combattants et atteignit le camp de Richard Cœur de Lion, le chef des Croisés, à qui Robert de Sablé avait prêté allégeance. Le roi d’Angleterre écouta les déclarations contradictoires d’Altaïr et de Robert et, ne sachant à qui accorder sa confiance, les fit s’affronter en duel afin que Dieu épargne le plus intègre. Robert fut vaincu par l’Assassin, mais dans son dernier souffle, le Grand Maître révéla l’existence d’un dixième Templier : Al Mualim. Le réel objectif de la mission d’Altaïr avait été d’éliminer les Templiers qui étaient au courant de l’existence de la Pomme d’Eden afin qu’Al Mualim puisse garder la relique pour lui seul ! Altaïr quitta Richard dans la paix et reprit la route de Masyaf afin d’y affronter son maître[1].


La trahisonModifier

[4]Altaïr rejoint Malik et son groupeAjoutée par LinkpogoAltaïr retrouva sa ville natale aux mains d’Al Mualim. Le chef de la Confrérie n’avait pas hésité à se servir de la Pomme pour prendre le contrôle de la population. Malgré les Assassins qui avaient été envoyés pour le tuer, Malik arriva avec ses propres hommes pour combattre aux côtés d’Altaïr. Malik avait découvert des preuves confirmant les soupçons du jeune Assassin sur les mensonges d’Al Mualim. À la fois bouleversé par la trahison de son chef et impressionné par la nouvelle sagesse d’Altaïr, Malik finit par lui accorder sa confiance et le reconnut comme son supérieur. [5]Ajoutée par LinkpogoAlors que Malik tentait de maîtriser les Assassins contrôlés par Al Mualim, Altaïr pénétra seul dans la forteresse de Masyaf et se retrouva à la merci de son ancien maître et de la Pomme d’Eden. Le traître lui expliqua que la relique avait le pouvoir de créer des illusions assez puissantes pour contrôler les esprits des hommes. Selon lui, seul ce pouvoir était capable de promouvoir la paix pour l’Humanité. [6]Ajoutée par LinkpogoAltaïr parvint à résister en partie aux effets de la Pomme, mais il fut contraint d’affronter des fantômes ayant pris forme des neuf Templiers qu’il avait assassinés ainsi que des clones d’Al Mualim produits par l’artéfact. Il triompha de ces ennemis avant de s’attaquer à Al Mualim qui s’épuisait petit à petit ; en effet, le Mentor se faisait lentement mais sûrement aspirer son énergie par la Pomme. Altaïr le vainquit, mais il ne fut pas capable de détruire la Pomme. [7]Altaïr, Malik et les autres Assassins contemplant l'hologrammeAjoutée par LinkpogoÀ ce moment-là, une chose encore plus étrange se produisit : un hologramme fut projeté de l’artéfact, c’était une sphère terrestre où étaient indiqués les différents points où se trouvaient d’autres Fragments d’Eden[1].


Le nouveau MentorModifier

[8]Altaïr brûle la dépouille d'Al MualimAjoutée par LinkpogoAprès la mort d’Al Mualim, Altaïr devint le nouveau chef des Assassins. Il prit les commandes de la guerre contre les Templiers et enquêta sur leurs mouvements de troupes d’Acre à Chypre et l’ascension de leur nouveau dirigeant, Armand Bouchart. C’est à la même époque qu’Altaïr commença à tenir un journal dans lequel il chroniquait sa vie d’Assassin et ses recherches sur la Pomme d’Eden qui, comme l’avait prédit son ancien maître, il fut incapable de détruire[5]. Il reprit sa traque des Templiers et croisa une nouvelle fois la route de Maria Thorpe, tombée en disgrâce au sein de l’Ordre du Temple depuis la mort de Robert de Sablé. Maria refusa de s’allier à Altaïr, qui fut obligé de la capturer et de l’emmener avec lui à Limassol, sur l’île de Chypre, alors contrôlée par Armand Bouchart. Altaïr y rencontra Alexandre, un allié des Assassins et le chef de la résistance locale. C’est avec plaisir que celui-ci accueillit Maria dans le repaire de la résistance, avant d’aider Altaïr à localiser les archives des Templiers, l’endroit où le jeune Assassin soupçonnait ses ennemis de cacher leurs reliques[6].


À ChypreModifier

Malheureusement, leurs recherches furent interrompues lorsque les Templiers attaquèrent le repaire des Assassins. Maria en profita pour s’échapper et rejoindre Bouchart mais, en dépit de la loyauté de la jeune femme, le chef des Templiers donna l’ordre qu’elle soit emprisonnée. Altaïr élimina les gardes qui la surveillaient et l’emmena une fois de plus avec lui jusqu’à Kyrenia. L’Assassin tenta de lui faire prendre conscience de la corruption que cachait les ambitions des Templiers, et de lui faire réaliser que la liberté serait toujours plus importante qu’un ordre et une paix factice, mais Maria ne voulut rien entendre. À leur arrivée, Altaïr sollicita l’aide de Barnabas, le chef local de la résistance, qui lui demanda d’éliminer Jonas, un marchand qui avait trahis leur cause. Jonas révéla à Altaïr que Moloch, l’homme de main de Bouchart dans la ville, avait mis sa tête et celle de Maria à prix. Altaïr tua Jonas mais apprit plus tard par un résistant loyal, Markos que ce n’était pas lui le traître. L’Assassin s’en voulu de son erreur mais continua tout de même sa mission, infiltra la forteresse de Kyrenia, éliminant Frédérick le Rouge, l’Oracle Noir et Moloch lui-même. Mais pendant ce temps, les hommes de Shalim, le fils de Moloch, capturèrent Maria. Altaïr comprit alors que Barnabas n’était qu’un imposteur et un agent des Templiers : le véritable Barnabas avait été exécuté la veille de son arrivée à Kyrenia.
Altaïr et ses alliés traquèrent Shalim et apprirent que Maria avait réussi à échapper aux Templiers. Ils la retrouvèrent sur le chemin du Château de Saint-Hilarion, revêtue d’un déguisement de courtisane. une fois au château, Maria interrogea Shahar, le frère de Shalim, sur les véritables intentions des Templiers. Altaïr arriva pour affronter Shalim au moment où Shahar révélait la vérité à Maria, qui quitta les lieux et laissa Altaïr affronter seul les deux frères. L’Assassin les élimina et reprit le chemin de Limassol, persuadé que les archives s’y trouvaient, mais il tomba sur une ville complètement délabrée, ses rues grouillantes de soldats Templiers et sa résistance quasiment anéantie. L’agent que Bouchart avait envoyé pour étouffer la résistance, l’homme ayant usurpé l’identité de Barnabas, continuait de semer le chaos. Il alla même jusqu’à instrumentaliser le meurtre de Jonas pour dresser les résistants contre Altaïr. L’Assassin le réalisa trop tard, l’agent de Bouchart avait déjà assassiné Alexandre et découvert qu’Altaïr était en possession de la Pomme. Enfin convaincue que les Templiers voulaient utiliser les pouvoirs de la relique à mauvais escient, Maria réapparut juste à temps pour tuer le manipulateur et conduire Altaïr aux archives. Ils y croisèrent la route des Templiers et, durant le combat qui éclata, Bouchart expliqua que son Ordre ne cherchait pas à rassembler ses ressources à Chypre, mais au contraire, à les déplacer pour mieux les protéger des Assassins. Découvrant les archives vides, Altaïr élimina Bouchart et prit la fuite en compagnie de Maria, alors qu’au dehors les Templiers bombardaient la forteresse pour détruire toutes traces de leur passage[6].


L’étude de la PommeModifier

À la suite des évènements de Chypre, Altaïr annonça à Maria qu’il voulait consacrer sa vie à mieux comprendre les mystères de la Pomme et de l’univers. Maria décida de se joindre à lui et finit par devenir sa femme. Elle donna naissance à leurs fils, Darim[4] et Sef[5], et Altaïr passa le reste de sa vie à étudier la Pomme. Fort de ses nouvelles découvertes, l'Assassin développa de nombreuses techniques et de nouveaux outils destinés à optimiser les compétences d’un Assassin confirmé. Ses innovations comprenaient aussi bien une lame secrète empoisonnée qu’une armure qui rendait son utilisateur quasiment invincible. Grâce à la Pomme, Altaïr eut une vision fugitive du passé, qui lui révéla le cataclysme ayant détruit une grande partie de Ceux qui étaient là avant, ainsi que du futur. Le savoir qu’il acquit le poussa à préparer le Codex, qui servirait de guide à l’éventuel prophète[5].


Contre Gengis KhanModifier

En tant que nouveau chef des Assassins, Altaïr mit en œuvre plusieurs réformes et abandonna nombre de pratiques cérémonielles qui avaient défini l’Ordre jusqu’à ce jour. Cette transition profonde marqua la renaissance de la Confrérie et en fit une vaste organisation clandestine[5]. Mais Altaïr eut alors vent de la puissance croissante du tyran Gengis Khan. Persuadé qu’un Fragment d’Eden avait joué un rôle dans l’ascension du chef de guerre mongol, Altaïr, Maria et Darim, leur fils aîné, prirent la route de l’est pendant dix ans pour protéger l’Humanité de la menace qui planait sur elle[4]. Ils réussirent à éliminer Khan, notamment à l’aide d’un Assassin mongol, Qulan Gal[5] qui sauva la vie une fois à Altaïr[3].


Retour à Masyaf et exilModifier

Durant son absence, Altaïr délégua le contrôle de la Confrérie et de Masyaf à Malik et lui demanda de veiller sur son fils cadet, Sef. Mais une fois Altaïr parti, Abbas, son ancien ami devenu son plus ardent rival, fit assassiner Sef et accusa Malik du meurtre[3]. Abbas prit donc les rênes de la Confrérie et fit assassiner Malik au retour d’Altaïr de Mongolie, accusant ce dernier du meurtre devant les autres Assassins. Fou de rage, Altaïr voulut utiliser la Pomme pour mettre fin aux machinations d’Abbas, mais son geste coûta la vie à Maria. En effet, avec la Pomme, il voulut se débarrasser de Swami, le bourreau de son fils, mais Maria mourut accidentellement alors qu'elle voulait l'empêcher d'utiliser l'artefact[4]. Avant de mourir, elle fit jurer son mari de ne plus utiliser la Pomme. Bouleversé, Altaïr quitta Masyaf en laissant la Confrérie aux mains d’Abbas. Ce n’est que vingt ans plus tard qu’il revint réparer ses erreurs. Altaïr rassembla une vingtaine d’Assassins qui lui étaient loyaux, dont le fils de Malik, Tazim Al-Sayf et les villageois de Masyaf de son côté aussi[3]. Altaïr élimina alors Abbas avec le Pistolet caché, sans éliminer d’autres Assassin qui l’accueillirent tous les bras ouverts, finalement.


La Bibliothèque et le démantèlement de la ConfrérieModifier

[9]Altaïr, Mentor de la ConfrérieAjoutée par Auditore5Altaïr reprit sa place à la tête de la Confrérie et fit construire une bibliothèque dans la forteresse de Masyaf, ne s’ouvrant qu’avec des artéfacts spéciaux : les Clés de Masyaf. En 1257 il invita les explorateurs Maffeo et Niccolò Polo menés par son fils Darim, à lui rendre visite[4]. Ces derniers s’allièrent aux Assassins et Altaïr raconta l’histoire de sa vie à Niccolò, qui la mit plus tard par écrit avant de la transmettre à son fils, Marco[5]. Le Mentor avait entreprit de progressivement dissoudre la Confrérie de Masyaf et comptait sur les frères Polo pour l’aider à disséminer l’Ordre des Assassins aux quatre coins du monde. Plus tard cette même année, les Mongols assiégèrent Masyaf pour venger la mort de Gengis Khan. Altaïr aida Maffeo et Niccolò à fuir la ville en utilisant la Pomme pour combattre leurs ennemis, puis donna aux frères les Clés pour ouvrir sa bibliothèque en leur demandant de bien les cacher pour que les Templiers ne mettent jamais la main dessus tout en permettant à un futur Assassin de les trouver grâce à ses compétences. Il leur remit aussi son Codex et leurs confia la mission d’établir des cellules d’Assassins partout dans le monde[4].


Sa mortModifier

Alors que tous les Assassins restants fuyaient Masyaf, Altaïr fit ses adieux à son fils Darim qui projetait de rejoindre la famille de son défunt frère. Le vieux Mentor s’enferma dans sa bibliothèque, emportant la Pomme d’Eden avec lui et la posa dans une alcôve secrète. Puis il s’assit sur une chaise parmi d’autres qui formaient un cercle et s’éteint de vieillesse à l’âge de 92 ans[4].


Face à Ezio AuditoreModifier

"Aucun livre, aucune révélation. Seulement toi, fratello mio. Requiescat in pace, Altaïr."
Ezio Auditore da Firenze devant la dépouille d'Altaïr[src]

Quelques siècles plus tard, Ezio Auditore da Firenze, l’Assassin qui devint le prophète du Codex, pénétra la bibliothèque et retrouva la dépouille d’Altaïr. Il lui donna sa dernière bénédiction : Requiescat in pace[4].


NotesModifier

  • C'est un maître Assassin capable de prouesses acrobatiques extraordinaire, et un membre de la secte des Hashashin (aussi connue comme l'origine du mot Assassin, bien que ceux-ci aient existé bien avant). Au début du jeu il est rétrogradé au grade de Novice et perd la plupart de ses capacités. Son objectif est de tuer neuf hommes impliqués dans une conspiration contre la Terre sainte, bien qu'il ignore qu'en réalité ils sont dix. S'il réussit, il sera excusé. Altaïr voyage entre les quatre cités ( Jérusalem, Masyaf, Damas, et Acre ) et parcours le Royaume reliant ces cités. Il tue ses victimes avec une grande variété d'armes[1].
  • Le nom Altaïr est un mot arabe signifiant "Celui qui vole". Dans une interview, Jade Raymond (productrice du jeu) a expliqué que, quand il sautait, l'ombre d'Altaïr ressemblait à celle d'un aigle. Par ailleurs, quand le joueur réussit un saut de la foi, le cri d'un aigle se fait entendre. C'est à cause du design de son vêtement, le haut de la "capuche" se terminant en un point, ressemblant à un bec, et la coupe des jambes, qui forment en l'air des queues de plumes.[10]Altair et son ombre en forme d'AigleAjoutée par Predator 27La seconde partie de son nom, Ibn-La'Ahad, signifie « fils de personne », reflétant ses origines mystérieuses. En effet on sait qu'il fut élevé par les Assassins. Il a été aussi révélé par les développeurs que son père était musulman et sa mère chrétienne.
  • Desmond et lui ont le même visage, celui de Francisco Randez, mannequin ayant donné ses traits aux personnages. Altaïr porte une cicatrice à la bouche, Desmond possède la même. Probablement afin de renforcer le lien entre les deux personnages.
  • Un des informateurs, à un instant du jeu, évoque la préquelle sur DS par de précédentes aventures aux côtés d'Altair, et demande ainsi à Altaïr s'il a eu des nouvelles d' Adha. Obtenant une réponse négative il dit à Altaïr qu'elle finira par lui revenir[7]. En effet celle ci était une femme-artefact qu'il devait protéger pour un mission, mais qui fut enlevée par les Templiers. Adha est tuée par les Templiers après avoir été enlevée. Altaïr semblerait être arrivé trop tard sur le bateau, il raconte dans les pages du Codex d'Assassin's Creed II qu'il tenait dans ses bras son corps sans vie en pleurant.
  • [11]Altaïr et MariaAjoutée par LinkpogoDans Assassin's Creed II, on peut voir pendant une vision qu'a Desmond qu'Altaïr entretient une relation intime avec Maria Thorpe, l'ancienne garde du corps de Robert de Sablé.
  • [12]La lame secrète.Ajoutée par Trisha BlakeComme ses confrères à la même période, Altaïr à l'annulaire gauche amputé pour permettre à sa lame secrète de jaillir quand il l'utilise. Cela servait aussi de rite comme quoi l'Assassin était entièrement voué à son maître, Al Mualim.
  • Altaïr utilise aussi des Couteaux de lancer (en fait ce qui remplace l'arbalète dans la vidéo d'introduction), une épée, une dague, et ses poings. Les couteaux de lancer sont très utiles pour se débarrasser silencieusement des archers en préparant le terrain de fuite. L'épée est plus lourde, donc plus lente, que la dague, mais plus puissante - et permet une meilleure garde. La dague est plus rapide et est utilisée en combinaison avec les couteaux, un tout autre style de combat. Au joueur de décider s'il préfère combattre à la loyale, ou assassiner sauvagement tous ses opposants.
  • Le design d'Altaïr a été travaillé pendant plusieurs mois.

[13]Altaïr Ibn La-AhadAjoutée par Predator 27*Altaïr utilise aussi une capacité spéciale que retransmet l'Animus artificiellement : il peut utiliser la Vision d'aigle, qui lui permet de voir les auras des gens, et leurs intentions. Ainsi, les gardes apparaissent en rouge, ses alliés en bleu, les citoyens en blanc, et les cibles en or.

  • Cependant, Altaïr ne peut se déplacer dans l'eau, et y meurt aussitôt tombé. Il est tentant de s'en plaindre... Cependant, c'est uniquement un point faible en contrepartie de l'immense liberté dont le joueur dispose pour se déplacer sur terre.

Cet élément sera corrigé dans Assassin's Creed II, non sans ironie : la présentation de l'action "Nager" du manuel de jeu est accompagnée d'une note manuscrite de Lucy Stillman:

"Ce serait bien de corriger ce bug fâcheux qui empêchait l'ancêtre du sujet de nager dans l'Animus 1.8!"
―Lucy[src]

.

L'absence de la nage chez Altaïr serait donc dû à un « bug » du premier modèle d'Animus.


Extrait du manuel du jeu Assassin's CreedModifier

  • Identité : Altaïr Ibn-La'Ahad (“Fils de personne”)
  • Âge : 25
  • Poids : 77 kg
  • Taille : 1,82 m
  • Nationalité : Syrien
  • Année : 1191
  • Histoire personnelle : On sait peu de choses d'Altaïr et des Assassins pour lesquels il travaillait.
  • Traits de caractère : Discipliné, déterminé, intrépide

Interférence d'un bloqueur de publicité détectée !


Wikia est un site gratuit qui compte sur les revenus de la publicité. L'expérience des lecteurs utilisant des bloqueurs de publicité est différente

Wikia n'est pas accessible si vous avez fait d'autres modifications. Supprimez les règles personnalisées de votre bloqueur de publicité, et la page se chargera comme prévu.

Sur le réseau FANDOM

Wiki au hasard